Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2008

Padova Story Episode 6

Steph apprit beaucoup de choses avec Vittorio puis avec les deux autres recruteurs du club. Après quelques jours passés en famille pour les fêtes de fin d'année, il intégra l'équipe gérant le centre d'entraînement pour un mois puis celle du centre de revalidation avec les deux kinés du club pendant quelques jours. Entre-temps, Steph avait fait de sérieux progrès en italien, et parvenait déjà à tenir une conversation simple avec ses interlocuteurs italiens.

C'est au moment d'intégrer l'administration, au mois de mars 2000, qu'Alessandra commença à faire parler d'elle.
Son ambition démesurée devait la porter au poste suprême, calife à la place du calife et ce blanc-bec de Steph, avec son accent français insupportable venait l'en empêcher. Elle ne pouvait le supporter.

Pour commencer, elle refusa de lui attribuer un accès au réseau informatique, prétextant que le nombre maximal de licences était atteint, puis fût incapable de trouver un bureau vacant ou même de simples stylo ou autres articles de bureau.
Systématiquement, elle fournit de fausses informations à Steph, évidemment toujours verbalement.
Steph savait qu'il ne servait à rien d'en parler à Mazzoco, celui-ci lui ayant déjà décrit tous les avantages qu'Alessandra lui procurait. Steph n'avait pas encore entamé sa vraie fonction et donc pas encore fait ses preuves. Il aurait été inutile de se mettre en balance face à elle, il partait perdant d'avance. Enfin, sans en avoir la preuve formelle, Steph pensait bien que la relation entre Alessandra et Mazzoco n'était pas uniquement "professionnelle".

Il décida donc d'en parler à Pietro, son ami, une des rares personnes à qui il pouvait se confier.
Celui-ci lui conseilla de bien étudier les armes utilisées par Alessandra pour le provoquer et de ne surtout pas répondre. Le temps viendra bien assez tôt pour la riposte mais il lui fallait encore apprendre la mécanique "all'italiana".

Malgré tout, il apprit le fonctionnement administratif des rouages du club et nota dans son petit calepin qui ne le quittait jamais quelques améliorations qui pouvaient être apportées, notamment en ce qui concerne les négociations de contrat et la gestion des contrats de joueurs. Une de ses spécialités.

Ce furent donc deux mois d'enfer pour Steph qui ne fût "délivré" de son bourreau que mi mai 2000 lorsque le dernier volet de sa période d'apprentissage débuta : l'équipe sportive, constituée des noyaux A et B ainsi que des espoirs.
Il se mit à la disposition de Franco Varella, l'entraîneur principal, qui venait de louper le titre d'un cheveu. Sans doute la période la plus intéressante pour Steph qui en oublia presque toute l'acidité d'Alessandra.

Après un mois dans le giron de l'entraîneur, Mazzoco le convoqua :
_ Dites moi, Stefano, vous ne m'aviez pas dit avoir quelques notions tactiques ! Vous êtes un cachottier !
_ J'ai simplement quelques rudiments acquis lorsque j'étais modeste joueur, cet aspect du jeu m'a toujours intéressé. Mais qui vous a dit cela ?
_ Peu importe son nom mais je tiens les conseils de cette personne en très haute estime. J'ai donc une proposition à vous faire : Que diriez-vous de suivre des cours d'entraîneur pour parfaire vos acquis ?
_ Ce serait une grande joie mais vous croyez vraiment que ...
_ Magnifique, la rentrée des cours est fixée au 1er août, il y a une session de la Fédération italienne délocalisée à Bologne, ce sera facile pour vous. Et dans quelques mois, vous aurez la licence italienne ! Vous pourrez ainsi vous occuper de l'équipe des Espoirs ! Bien entendu, vous conservez votre poste de Directeur Technique, cela va de soi ...

Steph commençait à se demander comment il allait bien pouvoir gérer toutes ses obligations professionnelles, ça devenait assez lourd à supporter. Mais une autre difficulté allait s'ajouter à ses craintes : Letizia ! En effet, celle-ci lui fît une scène comme rarement elle n'en avait fait. Car elle savait ce que son père avait en tête. Et elle savait aussi que cela impliquerait de fréquents déplacements ... loin d'elle ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

31/05/2008

Padova Story Episode 5

Steph réfléchit toute la nuit. Il n'avait pas beaucoup d'alternatives et cette proposition était providentielle.
Mais il songea aussi à l'aspect familial de cette décision. Travailler sous les ordres de son beau-père, de surcroît en Italie, voilà une situation pas très simple à gérer. Et qui pourrait déboucher sur de graves conflits internes. De plus, en cas de difficultés passagères avec Letizia (leur relation était somme toute assez "fraîche"), cela n'améliorerait en rien sa position dans le club.

Homme de challenge, il finit par se décider et il accepta la proposition de Mazzoco.
Letizia, elle, était nettement moins enthousiaste. Les nombreuses heures tardives passées par son père au sein du club l'avaient presque privée de soutien paternel, elle n'avait pas envie de reproduire le même schéma avec son homme. Mais la décision de Steph était prise.

Mazzoco lui présenta son contrat 2 jours plus tard. Il lui proposa, dans un premier temps, de passer un peu de temps dans chaque rouage du club pour bien s'imprégner de la culture de la maison et de prendre son poste définitif en juillet prochain. Nous étions en Octobre.

_ Vous passerez deux mois avec nos recruteurs, rien de tel pour l'expérience que de négocier avec les parents l'arrivée de jeunes pousses dans notre petit centre de formation ! La "famiglia", c'est sacré ! Puis, plongé dans le bain, cela améliorera rapidement votre niveau d'italien !
_ Ok ! Je pense effectivement que c'est une bonne idée
_ Dans un premier temps, vous accompagnerez Vittorio Scantamburlo, l'homme qui a "découvert" Del Piero !
_ Del Piero, le joueur de la Juve ?
_ Mais oui, c'est chez nous qu'il a débuté avant que les bianconeri ne nous le ravissent ...
_ Racontez moi !
_ Et bien, Ale évoluait à l'époque dans un petit village de la région de Conegliano, près de Trévise, San Vendemiano. L'entraîneur de notre équipe A était originaire de cette région et il avait tuyauté notre scout. Vittorio s'est donc rendu là-bas pour l'observer. Ale n'avait que 14 ans mais son talent était indéniable. En deux ou trois touches de balle, Vittorio fut conquis (en 35 ans de métier, il en a vu des espoirs) et nous avons fait le forcing pour enrôler le jeune joueur. 25k euro, payables en trois fois à son club d'origine, une sacrée somme pour un si jeune espoir. Nous avons logé Ale dans la résidence à appartements que le club met à la disposition de quelques jeunes mais malgré tout, sa famille lui manquait beaucoup. Il a même failli retourner dans son bled. Heureusement, Ale est également un compétiteur né et il ne s'avoue pas si facilement battu. Il a finalement intégré l'équipe nationale des -de 15 ans et a gravi les échelons. 4 ans plus tard, repéré par Causio, le scout des bianconeri, Ale nous quittait pour rejoindre la Juve pour un million d'euro, une bonne affaire. Le plus drôle était que Ale n'a fait que quelques apparitions en équipe fanion chez nous, l'entraîneur ne croyait pas (encore) en lui. C'était une belle cuvée car deux autres coéquipiers de Del Piero (De Franceschi et Sartor) sont également parvenus plus tard en Série A ... (*)
_ J'ignorais tout cela ! Bon, alors, quand commençons nous ?
_ Demain, vous partez tous les deux pour un tournoi de jeunes en Slovénie et, à votre retour, je veux un rapport détaillé !
_ Pas de problème, vous l'aurez dès notre retour.
Steph paraissait sûr de lui mais à vrai dire il n'avait pas la moindre idée comment rédiger un tel rapport et ce qu'il devrait y mettre !

(*) Authentique

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

30/05/2008

Padova Story Episode 4

Stéphane arriva au siège du club vers 13h30 et fût impressionné par le stade, tout de béton et assez terne mais qui avait accueilli par le passé des formations telles que la Juve ou Milan au milieu des années 90. Tout le monde se souvient encore des deux saisons passées parmi l'élite. Puis, la chute, rapide et brutale. Le stade pouvait accueillir près de 30.000 spectateurs, tous assis. Il imagina le tumulte des tifosi le soir des matches et nul doute que la résonance soit maximale dans ces tribunes très étroites. Il s'annonça à la réception et Mazzoco apparu quelques instants plus tard.

_ Ravi que vous soyez là si tôt Stefano !
_ C'est plutôt moi qui étais pressé de découvrir vos installations monsieur Mazzoco !
_ Appelez moi Alberto, ce sera plus simple !

Le ton était donné !

Stéphane visita toutes les infrastructures du club et fût étonné du professionnalisme qui y régnait pour un modeste club de quatrième division, et ce, à tous niveaux. Le secrétariat, le management sportif, l'administration (et la froide Alessandra Pisani), les salles de soin, la piscine intérieure avec matériel de revalidation, ...
Le stade Euganeo était un superbe outil de travail. Il était (et est encore) souvent utilisé pour les méga concerts qui sont organisés dans la région. Simple Minds, REM, Metallica ou Moby s'y sont produits, sans parler des stars italiennes telles que Ramazzotti ou Vasco Rossi.

Après un détour par les centres d'entraînement situé au coeur de la ville, dans l'ancien stade à côté du Prato della Valle, les deux hommes finirent dans un bar du centre, un verre de Prosecco (LE vin du Veneto) à la main. Il était environ 17h.
_ Alors que pensez-vous de votre tour d'horizon ? Dit Mazzoco.
_ Très instructif, lui répondit Steph, mais quelque chose m'a un peu surpris.
_ Ah bon ? Dites m'en plus ...
_ Si j'ai bien compris, Alessandra gère tout l'aspect administratif mais pas du tout sportif, c'est cela ?
_ Tout à fait.
_ Mais qui donc gère l'organisation du club à ce niveau là ? J'ai l'impression qu'il vous manque un maillon ?
_ Vous avez mis le doigt dessus, Stefano, personne n'occupe cette fonction. Et une place est à prendre, si vous voyez où je veux en venir ...
_ Vous voulez dire que ... moi, euh ... enfin, que vous pensez à moi pour ce poste ?
_ Tout à fait, vous manquez un peu de connaissances purement footballistiques mais cela est peut-être un avantage. Vous avez un regard neuf et votre expérience managériale est un réel atout. D'après moi, vous avez tout à fait le profil correspondant. Cela vous intéresserait-il ?
_ Ecoutez, c'est un gros challenge, je dois encore y réfléchir.
_ J'attends votre réponse demain, trop réfléchir ne ferait que retarder les décisions qui sont à prendre...
_ Bien, je vous appelle demain, à votre bureau Alberto ...

Steph était blanc comme un linge, jamais il n'aurait pu lui avouer qu'il ne pensait pas posséder les qualités nécessaires pour ce poste. Mais plus que le poste, c'est surtout Alessandra la vipère qu'il devait craindre ... mais c'est une autre histoire ... que je vous raconterai plus tard ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

29/05/2008

Padova Story Episode 3

Le faux-pas de Steph ne laissa pas trop de traces, fort heureusement. Traiter de "pourri" le sport phare du père de Letizia aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Il n'en fût rien, au contraire.

Le père de Letizia prit quelques jours de réflexion avant de prendre sa décision. Le profil de Steph serait assurément un atout au sein de sa "vieille" équipe dirigeante. Depuis le départ de son directeur technique, il cherchait le bon profil qui assurerait sa soif d'ambition.
Alberto Mazzoco était donc le président du club de Padoue, club qui allait prendre part au championnat de C2, la quatrième division italienne, avec le statut de favori. Après deux saisons en Série A de 94 à 96, le club n'avait cessé de dégringoler au point de se retrouver dans cette modeste série C2. Il espérait bien mettre tout en oeuvre pour ne pas y moisir.

L'équipe qu'il avait mise en place autour de lui était constituée d'éléments vieillissants, si ce n'est la Directrice Financière , Alessandra Pisani, au club depuis un an environ et dont l'ambition faisait souvent déborder le cadre strict de ses compétences. Mais Mazzoco parvenait tant bien que mal à la brider quelque peu, tout heureux de pouvoir compter sur ses précieux conseils financiers et sur ses relations privilégiées avec quelques banquiers. Comment avait-elle noué ces contacts, il préférait ne pas le savoir...
Le problème de Mazzoco était plutôt la gestion des ressources, tant humaines que structurelles. Il lui manquait un maillon dans son organisation depuis de le départ impromptu de son directeur technique, Roberto Gradella, quelqu'un qui puisse faire le lien entre les différents cadres du club. Steph pouvait correspondre au profil type pour cette fonction. Il possédait le grand avantage de ne pas provenir de toute la "clique" évoluant dans le milieu du foot italien et de pouvoir apporter une vision neuve au sein du club.

Il décida d'amorcer l'hameçon une semaine plus tard, lorsque le jeune couple les invita dans leur appartement.
Au dessert, Mazzoco lança le sujet :
_ Dites moi Stefano, où en sont vos recherches et vos sollicitations ?
_ Ma foi, pour l'instant, je me concentre sur mes cours accélérés d'italien, c'est déjà très prenant en soi.
_ Seriez-vous donc disposé à visiter les installations du club demain après-midi ?
_ Demain après-midi, ... mmh, oui, c'est envisageable. Où puis-je vous rejoindre ?
_ Au stade, toute l'administration s'y trouve. C'est un peu excentré, au pied de la Tangenziale Ovest mais vous trouverez facilement, c’est fléché et le stade, on le voit de loin.
_ J'en suis certain. Et d'ores et déjà ravi de cette visite.
Stéph n'avait encore aucune idée de ce que cette invitation cachait ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

28/05/2008

Padova Story Episode 2

3 jours après l'arrivée de Steph dans l'appartement padovan de Letizia, vint le fameux dîner de présentation aux parents, dans le cadre de leur très bourgeoise demeure, près de Abano Therme, centre de thalassothérapie mondialement connu.
La première partie de la soirée fût un peu froide, laissant aux parents le temps de jauger leur potentiel futur gendre. Ceux-ci parlaient tous deux un français impeccable, grâce à leurs années d'étude dans de hautes écoles françaises.

Arriva évidemment le chapitre professionnel, que tout parent qui se respecte se doit d'aborder :
_ Letizia nous a donc révélé que vous avez tout quitté pour venir ici ?
_ C'est exact, j'ai pris ce risque car l'amour doit prendre le pas sur les préoccupations matérielles.
_ Mais comment allez-vous gérer cela et subvenir aux besoins de votre famille ?
_ J'ai un peu d'argent de côté et je suis certain que mes compétences intéresseront les entreprises du coin.
_ Justement, quel est votre "talent", si je puis m'exprimer ainsi ?
_ En un mot : Manager : gérer des équipes, c'est ma grande force, aussi bien humainement que budgétairement.
_ Et .... vous avez un domaine de prédilection ?
_ Disons que ma dernière fonction était dans le domaine du sport, je gérais les intérêts de sportifs professionnels, leurs contrats publicitaires, les droits de leur image, les parfois nombreuses sollicitations de la presse, il m'est d'ailleurs arrivé de gérer des conférences de presse au début de ma carrière. Dans des domaines variés tels que le sport automobile, tennis, tennis de table, football, etc ...
_ Vous avez travaillé dans le domaine du foot ?
_ Oui, mais très peu, nous avions peu de footballeurs dans notre "écurie". Et puis je dois dire que c'est un milieu vraiment pourri si vous me permettez l'expression. Mais vous même, de quoi vous occupez vous ?
_ Je suis président d'un club de football ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story