Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/06/2008

Padova Story Episode 11

Fin août 2001, la presse commença à découvrir le visage de Stéphane. Jusque là tapi dans l'ombre, sa prise en main de l'équipe A l'avait projeté sous les néons publics. Le premier article était issu du "Padova oggi", le quotidien de la région.
Petit article de présentation du personnage, rien de bien méchant, ça démarre gentiment ...

Par contre, la presse faisait écho du terrible accident qui avait fait 33 victimes sur l'autoroute A4 en juillet dernier. Le décès de Varella ne semblait pas accidentel. L'analyse approfondie de sa voiture révélait des tentatives maladroites de sectionnement de câbles de frein et de parties hydrauliques. L'enquête révélait également que Varella avait passé la nuit précédente chez sa maîtresse ... Alessandra Pisani. Celle-ci était directement suspectée de la mort de Varella. Le mobile serait un différent financier. En effet, il semble également que de lourds détournements de fonds furent réalisés par les deux complices qui connaissaient par coeur tous les rouages du club ! De l'argent noir aurait été largement utilisé pour les achats et primes de joueurs. Un système de dessous de table qui, d'après le journal "Gazzettino", était utilisé de manière systématique. Le club était suspecté d'utiliser un système de caisse noire tout à fait illégal.
Une information qui fit évidemment le tour du club et qui sentait la poudre! Evidemment, aucun signe de vie de Alessandra dans les bureaux du club.
Dans la foulée de ces révélations, Steph fit publier un démenti formel mais se garda bien de protéger la turbulente Alessandra. Affaire à suivre...

2 septembre, Le déplacement à SPAL pour l'ouverture du championnat avait tout du match piégeux. Il le fût. Dominés pendant la majeure partie de la rencontre, Padoue encaissera deux buts. Il en remontera un mais, à bout de souffle, ne pourra faire mieux. A part Madeira, auteur du but, personne ne sortit du marasme collectif. Une entrée en matière plus que laborieuse.
Cette défaite 2-1 n'entama pas le moral de Steph. Il savait que le rodage pouvait durer quelques temps mais Mazzoco veillait au grain et Steph n'avait pas beaucoup de marge.
J1 SPAL - PD 2-1

L'occasion lui fût donnée dès le match suivant, le 9 septembre, avec la venue de la Reggiana au stade Euganeo où 18.000 spectateurs s'étaient réunis. Dès la 2ème minute, le milieu défensif adverse agressa Zubov, l'ailier droit, et se fit logiquement (et stupidement) exclure. C'est la voie royale, et Padoue ne s'en priva pas. Au final, un 4-0 bien tassé. Le Reggiana n'eut Jamais droit au chapitre dans cette rencontre. Steph souffla d'aise au coup de sifflet final, ses joueurs avaient livré une grande prestation. Auteur d'un excellent match, Speranza, un médian central prêté par la Salernitana , prouvait qu'il pouvait devenir LE titulaire au poste de médian axial.
J2 PD - Reggiana 4-0

Une semaine plus tard, malgré une prestation moins convaincante, les padovans s'emparèrent à nouveau des trois points 0-1 à Carrarese. La défense prouva ses qualités. Elle remit le couvert le dimanche suivant, à domicile, courte victoire 1-0 face à Albinoleffe. Un but qui tomba très tôt (4ème minute) puis Padoue ferma la porte à double tour. Leur adversaire, étouffé, ne s'approcha jamais de Voulgaris. Un autre jeune joueur commençait à s'intégrer dans ce bel ensemble : le portugais Helder Rosario, 19 ans, défenseur central. A l'image de son compatriote Madeira, il réalisait un bon début de saison. Padoue occupait une belle 3ème place au classement général.
J3 Carrarese - PD 0-1
J4 PD - Albinoleffe 1-0

C'est le moment où jamais, se dit Steph. Le moment de tendre la perche à Mazzoco et de lui déclarer ses vraies intentions.
Lors de la réception d'après match, Steph demanda au président de lui accorder un entretien privé le lendemain matin.
Intrigué, Mazzoco prît note du rendez-vous. Lundi matin, 9h, Steph pénètre le bureau présidentiel. C'est le début ou la fin de l'histoire qui était en train de se jouer ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

05/06/2008

Padova Story Episode 10 - Enfin du foot !

19 Août 2001, Premier match officiel de Steph à la tête de l'équipe A, un déplacement à Imolese. Ce sont les deux nouveaux avants qui vont faire parler la poudre, avec à la clé une convaincante victoire. Steph sourit : il a un bon groupe qui ne demande qu'à apprendre. Vite et bien. C'est de bon augure.
On remarque à cette occasion un jeune attaquant portugais, Antonio Lopes "Madeira", 22 ans, auteur du premier but et crédité d'une très bonne prestation. Acquis pour une bouchée de pain, il pourrait s'affirmer comme un maître achat ! Bref, que du bonheur ...
Imolese - Padoue (PD) 0-2

22 Août, 2ème rencontre face à Gubbio. Malgré le peu d'intérêt suscité par cette rencontre, 13.200 spectateurs se pressent dans les tribunes du stade Euganeo, et voient la victoire de leurs favoris qui émergent à la dernière minute de jeu : 1-0. Peu d'occasions mais une solidité défensive qui présage de beaux jours : avec de telles bases, la construction est évidemment plus solide. Le fonds de jeu se développe et les joueurs se trouvent de mieux en mieux.
En front de bandière, on remarque un jeune joueur au gabarit impressionnant : le polonais Marcin Harasimowicz, 21 ans, rapidement renommé Harasi, qui avait déjà offert le premier but avant de marquer le deuxième lors du match précédent. Il remet cela contre Gubbio en marquant l'unique but du match. Il fût en outre élu homme du match. Une autre agréable découverte.
PD - Gubbio 1-0

26 Août, le déplacement le plus délicat, à Mestre, un rival direct qui ne se trouve qu'à quelques dizaines de kilomètres, c'est un vrai derby. Steph l'apprend bien vite, les rivalités en Italie sont très exacerbées. Le match est partagé et tendu, mais la défense prouve une fois de plus son intransigeance. Les attaquants, par contre, restent muets : résultat final 0-0.
Un joueur fait de plus en plus parler de lui : le portier grec Voulgaris, 19 ans seulement mais une classe folle. Padoue l'a subtilisé au nez et à la barbe de grands clubs tels que le Panathinaikos. Séduit par le discours de Steph, le grec avait accepté le challenge proposé. Il ne le regrettera pas. Padoue non plus ...
Mestre - PD 0-0

28 août, Padoue reçoit Alto Adige pour assurer sa qualification pour le second tour. Il ne laissera pas passer l'occasion. Rapidement le marquoir s'affole, c'est 2-0 après moins de 10 minutes. L'équipe se contente alors de gérer posément et d'assurer ses arrières. 10 points, 1ère place et qualification mais surtout, avec la manière : Padoue n'a encaissé aucun but en 360 minutes !
Cela est sans doute dû à la rigueur de l'intransigeant Gonzalo Sorondo, qui a accepté lui aussi le challenge offert par Steph. Sans aucun doute un futur pion de base.
PD - Alto Adige 2-0

Un petit mot sur la tactique testée au cours de ces matches de poule :
Steph avait décidé de mettre en place une tactique audacieuse : un 3-2-3-2 : trois arrières en ligne (un libero et deux stoppeurs), deux médians récupérateurs, trois médians (deux ailiers et un médian central), et un attaquant en retrait qui "tourne" autour d'un vrai buteur. Tout reposait également sur les consignes individuelles, d'une importance capitale derrière où était appliqué un marquage strict des attaquants adverses, voire même de leur meneur de jeu. Le piège du hors jeu, tendu par les trois défenseurs, fonctionnait parfaitement.

Mazzoco s'était calmé, il commençait à prendre confiance en son poulain. Il commençait à se dire qu'après tout ... pourquoi pas !
Letizia s'était elle aussi calmée, les déplacements n'étaient somme toute pas si fréquents et elle pouvait sortir quasiment tous les soirs avec son homme. Elle en profitait d'ailleurs un maximum.
Tout le monde portait le sourire béat des jours heureux, Padoue pouvait entamer son championnat ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

04/06/2008

Padova Story Episode 9

Les nombreux départs avaient ramené pas mal d'argent dans les caisses : plus de quatre millions d'euros.

Mazzoco était d'une part assez heureux de constater que les finances se portaient bien mais d'un autre côté, il était perplexe par rapport aux nouveaux renforts dont il ne connaissait rien. Pratiquement aucun ne parlait italien et leur moyenne d'âge ne dépassait donc pas 24 ans. Bien que le budget transfert ait été à peine entamé, il commençait à s'inquiéter de cette situation sportive puisqu'il n'avait encore reçu aucune nouvelle du recrutement de l'entraîneur principal ni du potentiel réel du noyau A. La perspective d'entamer le championnat de Série C1 avec le statut de reléguable n'était pas pour lui plaire. C'est pourtant cette étiquette que les journalistes collèrent à l'équipe au potentiel incertain.
Comme souvent dans ces cas de doute, il convoqua Steph dans son bureau.

_ Stefano, je ne peux vous cacher mon inquiétude par rapport à l'équipe A. Où en êtes-vous dans le recrutement de l'allenatore ?
_ Alberto, il n'y a pas péril en la demeure. Le recrutement de l'entraîneur prend un peu plus de temps car nous voulons une vraie personnalité, un gars qui vienne avec de l'ambition et les compétences nécessaires pour faire progresser le club. Et ce genre de profil est rare et cher sur le marché. De plus, les quelques oiseaux rares que nous avons pu dénicher ont refusé nos offres. Padoue n'attire pas les foules.
_ Oui, je le conçois, nous n'avons pas une équipe qui va faire des étincelles cette saison. Néanmoins, cette situation ne peut durer plus longtemps, Stefano, il faudra prendre une décision !
Mazzoco venait de remettre une couche supplémentaire sur les épaules de Steph qui sentait la pression augmenter chaque jour davantage. Il jouait à présent sur le fil du rasoir ... Il fallait maintenant marquer des points rapidement pour faire patienter son Président ... Il va recevoir rapidement l'occasion de démontrer ses capacités.

17 Août 2001, Padoue se rend en Turquie pour un stage d'avant saison et une rencontre amicale contre Karsiyaka, un obscur club de division inférieure. Steph n'avait aucune idée comment une rencontre amicale avait pu être programmée si loin par Varella mais il s'est dit qu'il valait mieux essuyer les plâtres loin de chez soi. A l'arrivée, une sévère défaite 3-0 où peu de joueurs ont tiré leur épingle du jeu. Les nouveaux, surtout, ont failli, mais est-ce surprenant étant donné la véritable tour de Babel créée avec l'arrivée de ces joueurs issus d'horizons si différents ?

Steph sentait de plus en plus l'oignon, il fallait se reprendre rapidement. Il n'avait pas eu l'occasion de programmer d'autres matches amicaux. La préparation physique d'avant saison avait été très dure, les joueurs étaient sur les genoux.
Il l'avait souhaité ainsi, en accord avec le staff technique, pour créer des liens entre joueurs, partager les mêmes douleurs et avancer ensemble dans la même direction.
Il décida de tester son équipe à l'occasion des qualifications de la coupe de Série C : 16 groupes de 4 équipes où seul le premier se qualifie pour le 2ème tour. Steph voulait frapper un grand coup à cette occasion et montrer ses capacités managériales.

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

03/06/2008

Padova Story Episode 8

L'autoroute A4 Torino-Milan-Venise est souvent la proie du brouillard, que les italiens appellent "Smog".
Ce brouillard très dense et très dangereux fait souvent de nombreuses victimes car lorsqu'un accrochage se produit, il est à coup sûr suivi d'un carambolage en chaîne. Le manque de visibilité et surtout la vitesse excessive sont les deux armes qui attendent chaque automobiliste à chaque coup de frein intempestif.
Curieusement, c'est en une période où jamais le brouillard n'apparaît (juillet) qu'il fût le plus sournois. Au volant de son Alfa Sport, Varella l'entraîneur s'emboutit sous un camion peu avant la sortie "Padova Est". Il fût tué sur le coup. Il y eu 32 autres victimes. Un jour noir pour la cité.

Aux funérailles, Mazzoco s'approcha de Steph et lui dit, des larmes au coin des yeux :

_ Stefano, prends l'équipe en main, le temps que l'on trouve un remplaçant, l'équipe ne peut pas rester sans patron.

Steph n'avait d'autre choix que d'accepter mais la personne chargée de recruter le nouvel entraîneur, c'était ... lui-même !
Il prit ses responsabilités et dès le lendemain il rédigea une série de notes, dressa une liste de joueurs à recruter puis une autre de joueurs du club pouvant quitter le noyau. Il connaissait bien les défauts et qualités de chacun d'eux puisqu'il les côtoyait maintenant depuis plus d'un an. Il savait ce qu'ils pouvaient -ou pas- apporter au club.

Il eut la décence d'attendre deux semaines avant de rendre officielle la liste de joueurs transférables. Le temps de faire le deuil de Varella au sein du club. Certains réagirent immédiatement. Et se répandirent, acerbes, dans la presse.

Une frange importante de joueurs mécontents commencèrent à créer des clans, avec d'un côté les joueurs qui pouvaient rester et de l'autre, ceux qui faisaient partie de la fameuse liste. Ces derniers reprochaient aux autres de ne pas les soutenir, mais comment se couper l'herbe sous le pied lorsque l'on sent que la naissance de nouvelles ambitions dans la cellule managériale peut servir vos propres ambitions ?

Ce furent deux mois pénibles au cours desquels les joueurs transférables quittèrent le club les uns après les autres et du même coup (certains furent même licenciés sur le champ), ce sentiment de révolte qui régnait dans le vestiaire s'estompa. Dans le même temps, il y eu une arrivée massive de joueurs étrangers, de tous horizons (après la période de transfert, Padoue comptait 20 nationalités différentes en ses rangs), achetés à bas prix, voire pour la plupart acquis gratuitement. Les nombreux contacts initiés par Steph lorsqu'il suivait les recruteurs dans leur travail portaient à présent leurs fruits.

Parmi les transferts citons les arrivées de Sorondo, médian défensif uruguayen de 23 ans et international à 10 reprises, et de Zubov, ailier droit ukrainien de 23 ans également et international à 7 reprises. L'âge de tous les autres joueurs transférés ne dépassait pas 24 ans ! Une équipe jeune et ambitieuse, pas trop coûteuse, voilà l'objectif de Steph. Pari ambitieux avant de découvrir le championnat de C1 !

D'autres couperets tombèrent lourdement, dans l'équipe technique cette fois, puisque 4 membres du staff furent remerciés ! Steph voulait une structure professionnelle autour de lui et ne s'entendait pas continuer avec des préparateurs ou recruteurs sur le retour et incapables d'apporter le souffle nécessaire pour porter Padoue vers les sommets.
Pour les remplacer, il amena Baffoni, Tidemand, Balestra (comme adjoint), et les deux brésiliens de Moraes et Matta comme préparateurs physiques. Agresti, Gripton, Zapata, et Field furent engagés comme recruteurs.
Malgré cela, Steph conserva Scantamburlo dans son équipe. A deux ans de sa pension, il aurait été déplacé de le remercier aussi sec !  

Enfin, ces mouvements de staff prouvaient le travail de fourmi effectué par Steph pour trouver des entraîneurs de qualité.
Steph, à ce moment, n'était encore que l'entraîneur ad intérim du club. Et sa mission principale était toujours de se mettre en chasse d'un entraîneur capable de redonner vie à cette équipe, de lui insuffler des nouvelles ambitions.  

Mais Steph avait une autre tactique : retarder les recherches, monter une équipe valable et prouver ensuite qu'il était l'homme de la situation, car il commençait vraiment à prendre goût à sa nouvelle mission. Un pari risqué à quelques jours du début de saison ...

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

02/06/2008

Padova Story Episode 7

Juin 2001, voilà presqu'un an que Steph suivait les cours d'entraîneur, entre les différentes tâches administratives dont il s'occupait de plus en plus au sein du club. Enfin, lorsqu'Alessandra n'y mettait pas son nez, ce qui arrivait de plus en plus rarement.
Etrangement, elle avait même encouragé Steph dans sa nouvelle formation. Elle avait d'ailleurs été jusqu'à lui procurer des jours de congés-éducation pour qu'il puisse se concentrer sur la préparation de ses examens, brillamment réussis d'ailleurs. Steph avait obtenu le diplôme d'entraîneur, reconnu par la fédé italienne. Mazzoco était aux anges. Letizia, par contre, tirait la tête.

20 mois déjà que Steph avait rejoint l'Italie, et il n'avait jamais regretté son choix. Il vivait une relation épanouissante avec Letizia et se sentait vraiment très heureux. Il ne se débrouillait pas trop mal aux commandes de l'équipe sportive dont il avait finalement hérité la responsabilité technique. Il parlait couramment italien et son accent avait pratiquement disparu. Le bonheur, à peine troublé par les sautes d'humeur d'Alessandra, rapidement calmées par Mazzoco d'ailleurs.

L'ensemble des infrastructures, sportives et médicales, du staff technique et des joueurs se trouvait sous sa coupe. Seuls les choix purement sportifs n'entraient pas dans ses compétences, restant sous la responsabilité de Varella. Celui-ci avait réussi son pari : remporter le titre en C2 et donc mener l'équipe en C1, l’équivalent de la troisième division belge (toutes proportions gardées bien entendu) !

L'idée de Mazzoco était de laisser à Stéphane la responsabilité de l'Equipe B pour la prochaine saison. Son diplôme d'entraîneur en poche, il n'aurait même aucun mal à obtenir la licence d'entraîneur adjoint. L'équipe B serait, selon Mazzoco, le véritable vivier de l'équipe A. Constituée d'éléments entre 18 et 23 ans, il s'agissait de l'élite du petit centre de formation padovan. Steph y serait chargé d'en faire de vraies bêtes de combat, de les former pour les A. Le modeste budget de Padoue ne lui permettait pas de réaliser de gros transferts, raison de plus pour former de bons jeunes.

C'est en cette période euphorique qu'arriva le drame, qui affecta tout le club et mina Mazzoco qui jamais ne connût période plus sombre.

A suivre ...

07:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story