Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

15/07/2008

Padova Story Episode 50 bis

Cadeau à tous pour fêter 50ème épisode de cette story :

Paru dans le magazine Rigore du mois de juin, l'interview exclusive de Stéphane, le nouvel entraîneur de l'année :

- Mister Steph, quelle saison exceptionnelle de votre équipe ! Avec au bout du compte une troisième montée successive et surtout, le titre de Série B. Votre commentaire ?

-
On a encore du mal à réaliser la portée de notre exploit. En début de campagne, je caressais l'espoir de décrocher une huitième place car notre équipe était jeune, manquait d'automatismes et d'expérience. Nous avions été très modestes au niveau des transferts et d'ailleurs, seul Tagliaferri s'est imposé. Il a même réussi l'exploit de figurer dans l'équipe de l'année ! Notre élimination rapide en coupe d'Italie, et notre cinglante défaite 4-0 à Livourne avait mis en lumière tous les manquements de notre noyau. Donc, rien sur le papier ne laissait présager un tel dénouement. Puis, les matches se sont succédé et nous avons pris confiance peu à peu. Notre organisation est sans aucun doute la clé de notre succès et nous avons certainement bénéficié de l'effet de surprise. Le temps que nos adversaires réalisent que Padoue valait beaucoup mieux que ce que les journaux annonçaient en début de saison, et nous avions déjà fait le plein de confiance en nous. Cette foi inébranlable qui nous a fait soulever des montagnes dans des situations parfois très délicates. Organisation et volonté, on peut résumer Padoue à ces deux mots ...

- Comment voyez-vous la saison prochaine ?

-
Il ne faut surtout pas se faire d'illusion. Les équipes de Série A ne répèteront pas l'erreur de nos adversaires cette saison. Nous avons été observé et épié à de nombreuses reprises au cours du deuxième tour et le jeu de notre équipe ne recèle aucun secret pour nos prestigieux futurs adversaires. Donc, notre classement final sera sans aucun doute beaucoup plus modeste. Cela ne nous empêchera pas d'être ambitieux. Ce qu'a réalisé Ancona cette saison peut nous ouvrir les yeux : il est possible pour une petite équipe de tirer son épingle du jeu. Dans un premier temps, nous essaierons de faire le plein de points pour ne pas vivre le couteau sous la gorge en bas de classement. Puis, à nous d'imposer notre jeu et d'aller chercher quelques chose d'intéressant en fin de saison. Je rêve d'une place en intertoto. Le bon classement UEFA des clubs italiens nous autorise ce rêve et le rend réaliste. Une 9ème place pourrait nous offrir ce sésame.

- Arrivé de nulle part il y a moins de deux saisons, vous remportez le titre d'entraîneur de l'année devant les vieux baroudeurs de la Série. Comment expliquer cela ?

-
Sans doute mes collègues entraîneurs manquent-ils de spontanéité ? J'ai essayé d'apporter un vent nouveau, de nouvelles visions tactiques. Cela était sans doute la seule chose qui pouvait nous permettre de surprendre. Nous n'avons pas les qualités techniques des grandes équipes mais une immense volonté de bien faire. Mon rôle est donc de mettre en avant ces qualités mentales et de gommer nos défauts en travaillant inlassablement en semaine. J'ai sans doute moi aussi bénéficié de l'effet de surprise (rire). Non, sérieusement, j'ai la chance de diriger un groupe solidaire, travailleur, collectif et à partir de là, tout devient plus facile. Et puis, nous pouvons faire confiance à notre équipe de préparateurs physiques qui ont eux aussi énormément apporté aux joueurs. Je pense que ce titre leur revient autant qu'à moi.

- Bel exemple d'altruisme ! Le partage est une notion importante à Padoue ?

-
Quand vous partez moins fort que votre adversaire, du moins sur le papier, il faut surmonter ce handicap avec une solidarité de tous les instants. Il faut être capable de former un bloc, un roc sur lequel il faut grimper si on veut s'imposer. Dans un tel contexte, les qualités individuelles deviennent secondaires et c'est un groupe soudé qui monte sur le terrain, pas onze individualités qui s'éparpillent sur le terrain. Maintenant, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, toute équipe a besoin de talent. Les exploits de Marajo ou Madeira, pour ne citer qu'eux, ont sans aucun doute permis d'atteindre le résultat que l'on connaît. Mais quand on a une équipe qui travaille derrière soi, que les ballons arrivent dans le rectangle dans de bonnes conditions et qu'on a bien travaillé aux entraînements, le talent émerge toujours.

- La notion de travail revient souvent dans votre discours. Est-ce un hasard ?

-
non, bien sûr, toutes nos améliorations techniques et nos résultats sont basés sur le travail. Amener un joueur moyen à se surpasser parce qu'il constate qu'il parvient à élever son niveau de jeu et se mettre au diapason des autres, c'est un réel plaisir. Nous avons cependant encore beaucoup de progrès à faire en ce domaine, nos jeunes ne frappent pas en assez grand nombre à la porte de l'équipe A. De plus, notre recrutement est basé sur l'amélioration rapide du noyau A, pas sur des jeunes à former pour les rendre aptes au bout de deux ou trois saisons, comme on l'a fait avec Lindberg ou Emidi par exemple. Miser sur des jeunes est un pari très aléatoire et Padoue n'a pas les moyens financiers suffisants pour prendre ce risque.

- En parlant de recrutement, celui de la prochaine saison est-il déjà bouclé ?

-
Pratiquement. On recherche encore un ou deux éléments mais en gros, le noyau est connu. On entamera la saison avec de bons éléments et nous avons recherché la qualité ainsi que l'expérience du championnat italien, après avoir écrémé le monde à la recherche de nouveaux talents à moindre coût. Cette fois, nous ouvrons notre bourse un peu plus largement pour attirer de bons joueurs. Sartor, Stellini, Akassou ou Soviero vous nous apporter toute leur expérience et faire évoluer notre noyau.
On doit apprendre à devenir des professionnels aguerris, c'est à ce prix que nous pouvons réussir une bonne saison et préparer l'avenir.


- A propos d'avenir, comment Padoue voit les cinq années à venir ?

-
Le futur, on le prépare à chaque instant. Chaque négociation avec un joueur porte un volet sur l'avenir. On explique clairement comment on voit les choses et comment nous voulons évoluer. Toujours plus loin, toujours plus haut, ce serait une belle devise pour nous. Il faut être ambitieux et Padoue l'est incontestablement. Mais prudemment. Il est hors de question de mettre le club en péril avec des transferts coûteux mais hasardeux. Et jusqu'à présent, les faits nous ont prouvé que notre méthode est la bonne. Pour l'année à venir, nous voulons nous stabiliser avant d'attirer trois ou quatre bons joueurs et lutter pour l'Europe. Nous devons être capables de rivaliser avec des équipes comme l'Udinese ou l'Atalanta. Nous n'atteindrons sans doute jamais le niveau de Milan ou de la Roma , mais on peut au moins tenter de les bousculer...

A suivre ...

13:00 Publié dans Padova Story | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Padova, story

Les commentaires sont fermés.